Actu

Lutte contre l’insécurité au Bénin : Le nouveau dispositif de Benoît Dègla testé par les malfrats

Le nouveau dispositif de sécurité inventé par le ministre Benoît Dègla pour lutter contre l’insécurité au Bénin a été testé au cours du week-end écoulé par les malfrats. Ce dispositif baptisé «Comité local de sécurité» et qui met les civils au cœur de la problématique de lutte contre l’insécurité n’a pas fonctionné à 100 %. Ceci n’a pas laissé indifférent le Chef de l’Etat, Dr Boni Yayi.

Image

A peine a-t-il été lancé le jeudi 28 mars dernier au Palais des congrès de Cotonou qu’il a rapidement montré ses limites. On en veut pour preuves les sorties fracassantes opérées par les malfrats au cours du week-end écoulé avec des fortunes diverses.  Si à Porto-Novo les hors-la-loi se sont heurtés au mûr sécuritaire érigé par le commissaire Prince Alédji et ses hommes, à Djèffa par contre les malfrats, au nombre de sept selon les témoignages, ont réussi à s’imposer. Leur cible a été la société Cajaf-Comon de l’homme d’affaires béninois Sébastien Ajavon. Après avoir ligoté les agents civils de sécurité, ils ont pris le dessus sur les militaires déployés pour sécuriser  ce haut lieu de transaction commerciale. Les échanges de tirs entre ces malfrats et les hommes en uniformes n’auraient pas duré longtemps parce qu’ils seraient lourdement armés. Le bilan n’est pas moins lourd. Une perte en vie humaine a été en effet enregistrée. Et selon des témoignages, une arme de guerre (AKM) aurait été emportée par les malfrats. Aucun des malfrats qui ont ainsi mis à rude épreuve le nouveau dispositif sécuritaire du ministre Benoît Dègla n’a encore été arrêté. Les enquêtes se poursuivent toujours. Elles aboutiront à quoi et quand ? C’est la question que se posent déjà les uns et les autres. Pour ces derniers, il ne sert à rien de créer des structures à l’infini. Il faut mettre les moyens qu’il faut à la disposition des forces de sécurité publique et des forces de l’ordre et le travail de sécurisation sera une réalité. Interrogé par nos confrères de Canal 3, M. Sébastien Ajavon, administrateur principal du Groupe Cajaf-Comon a crié haro sur les autorités chargées d’assurer la sécurité des personnes et des biens au Bénin. « Ce qui se passe n’est pas normal. A quoi servent les impôts que nous payons si on ne peut pas assurer notre sécu-rité ? On dilapide nos sous. Au lieu d’assurer la sécurité des biens et services, on met des honnêtes hommes en prison», s’est-il interrogé. Face à cette situation d’insécurité, une réunion de crise s’est tenue au Palais de la Marina hier en présence du Chef de l’Etat. Elle a réuni les ministres en charge de la sécurité et de la décentralisation, le Préfet de l’Atlantique et du Littoral, le Chef d’état-major général de l’armée, le haut commandement militaire et de la police. On retient des échanges qui ont eu lieu qu’il faut penser à mettre en place un autre dispositif de sécurité plus adéquat.

Affissou Anonrin

Laissez un commentaire