Actu

LA MUSIQUE AFRICAINE A LA CONQUETE DU MONDE

PhotoGrid_1471103671047
De Lagos à Johannesburg en passant par Abidjan ou Cotonou, la musique africaine est au cœur de tous les foyers. La fièvre de l’afro-pop plébiscitée par les artistes nigérians n’a plus aucun secret pour les clubs des capitales africaines. Elle est aujourd’hui en passe de dépasser les frontières du continent.
En effet, depuis un certain moment, les sonorités nigérianes font danser les habitués de la nuit des boîtes londoniennes. Réputés apporter grâce à leurs morceaux un coté estival et entrainant, Wizkid, Davido ou le groupe Mavins parviennent même à titiller de grands noms de l’industrie américaine comme Drake ou Alicia Keys. Ceci aboutit pour les plus chanceux à des collaborations musicales. Aussi, avons-nous apprécié One Dance titre de Drake dans lequel on retrouve Wizkid ou encore Fans Mi de Davido assisté par le rappeur Meek Mill.
Dans la même lancée, plusieurs artistes nigérians ont pu négocier des contrats avec de grandes maisons de disques américaines. Cette année, c’est la chanteuse Tiwa Savage du groupe Mavins qui a rejoint la grande famille de Roc Nation possédée par Jay Z. Cet accord avec la princesse de la pop africaine lui permet de toucher un public différent grâce aux différentes radios urbaines.
De son côté, l’Afrique francophone n’est pas en reste car des bruits de couloirs semblent faire état d’un partenariat entre le groupe de rap ivoirien KIFF NO BEAT et le label français UNIVERSAL MUSIC.
Tous ces contrats sont des signes prometteurs de la reconnaissance de la musique africaine à l’internationale.
Néanmoins, d’autres artistes ont déjà ouvert la voie à nos stars nigérianes. Ainsi, D’Banj fut l’un des tout premiers artistes à signer sur GOOD MUSIC de Kanye West. S’en est suivi Davido qui il y a un an a conclu un contrat de Un Million de dollars avec SONY BMG. Il faudrait cependant remarquer que ces signatures ne sont pas encore synonymes de succès sur la scène mondiale.
En effet, depuis le succès de son single Oliver Twist, D’Banj semble avoir du mal à se faire accepter en dehors de l’Afrique. De même, on attend toujours l’album de Davido.
Tout ceci devrait inciter ces nouvelles recrues des écuries américaines à ne pas se faire jeter à la Rita ORA par leurs patrons.

D.D

Laissez un commentaire